Choix d'une technique opératoire

La stabilisation chirurgicale d’un genou présentant une laxité par rupture du LCA (c’est-à-dire une LIGAMENTOPLASTIE ) peut être :

  • Soit extra articulaire : on ne reconstruit pas le ligament, on stabilise la rotation par une « bretelle » externe. Intervention à ce jour pratiquement abandonnée.
  • Soit intra articulaire : on reconstruit alors le LCA en place. Il s’ agit alors toujours d’une GREFFE TENDINEUSE.

La greffe tendineuse est une «auto greffe» : il n y a pas de rejet mais elle doit « prendre » c’est-à-dire se revasculariser :
En plus de la technique chirurgicale , l’ «enveloppe biologique» du genou (Arnowsky) intervient. Il est admis dans la littérature que la «prise»  d’une greffe de tendon pour remplacer le LCA se fait dans 85 à 95 % des cas.

La greffe de tendon est fixée à chaque extrémité dans les tunnels osseux (femur en haut , tibia en bas), situés au niveau des sites anatomiques d 'insertion de l’ancien ligament et dont les diamètres sont adaptés  à la taille du tendon, par une fixation mécanique solide (vis en général résorbable ou autre). Puis par la biologie prend le relais ( J+3 à 6 semaines selon tendon).

Les techniques sont nombreuses, elles différent selon le chirurgien, la fixation,  et surtout le choix du tendon utilisé comme greffe.

 Le résultat fonctionnel (c'est-à-dire utilisation du genou) est comparable quel que soit le tendon utilisé.

Le taux de succès biologique (échec de la prise de greffe) sont similaires quel que soit le tendon utilisé.

Le tendon rotulien laisse plus de séquelles douloureuses potentielles (douleurs à genoux sur le site de prélèvement, "tendinites" rotulienne, douleurs rotuliennes, ... 5 à 45% selon les études). 

Chaque technique a des avantages et des inconvénients.

Dans tous les cas, la technique doit être adaptée (notion de «taylorisme chirurgical» défendu par le Dr Barthélémy) :

  1. à l’âge du patient
  2. à l’importance de la laxité qui doit être appréciée avant l’intervention (clinique, mesures Radio dynamiques) et qui souvent proprotionnelle à l ancienneté de la rupture
  3. à l état du cartilage (arthrose) et des ménisques
  4. à la capacité technique du chirurgien
  5. éventuellement au sport pratiqué et à la profession
  6. à l'ancienneté de la rupture (car rapport avec l'importance de la laxité)

retour haut de page

Choix du tendon pour la greffe

4 tendons sont principalement utilisés :

Fascia lata

plat, difficile à fixer, moins résistant ,grande cicatrice externe, peut entrainer une décoaptation externe secondaire du genou : n est  pratiquement plus utilisé .

Tendon Quadricipital

bon tendon mais avec une fixation osseuse d’un coté, tendineuse de l’autre. Tendon surtout utilisé par les Suisses ou pour la chirurgie du ligament Croisé Postérieur .

Tendon rotulien (appelé à tort Technique de Kenneth Jones !) :

 

très bon tendon, bonne fixation os/os, le plus utilisé, fixation biologique rapide,  tendon de référence (« gold standart ») jusqu’aux années 2000, peut permettre de combler des pertes de substance osseuse ( utile dans les reprises) cicatrice verticale sous la rotule : 25 à 50% de douleurs séquellaires selon les séries publiées !

Tendons de la patte d'oie (technique de référence du Dr BARTHELEMY)

intervention appelée DIDT du nom des 2 tendons utilisés : le Droit Interne  (Gracilis )et le Demi Tendineux (Semi Tendinosus ) , ischio jambiers à la face postérieure de la cuisse.


Voici les caractéristiques principales de la technique utilisant les tendons de la patte d'oie :

  • (éventuelle difficulté technique de fixation (EICHORI))
  • sont les plus solides  :
  •   récupération rapide
  •   pas d’immobilisation post opératoire grace à leur solidité (en fonction de la technique du chirurgien)
  •   reprise d’appui immédiat en post opératoire (en fonction de la technique du chirurgien et de l’état des ménisques)
  • cicatrice minime face interne du tibia :avantage esthétique et confort : moins douloureux
  • les seuls à pouvoir permettre une reconstruction ANATOMIQUE du LCA avec ses 2 faisceaux
  • les seuls à pouvoir permettre une reconstruction d’une rupture partielle du LCA (rare)

retour haut de page

Conclusion :  Le DIDT ANATOMIQUE à 2 FAISCEAUX est la technique de référence du Dr BARTHELEMY.

Étape suivante : « L’opération de type DIDT anatomique 2 faisceaux/4 tunnels » = Technique et raisons.

Dernière mise à jour : ( 11-10-2013 )